mar 24, 2013

Posted by | 4 Comments

De la discrimination à l’acceptation de soi : le parcours du combattant.

Hey ! ☼


Aujourd’hui, on ne va pas parler beauté ni culture. On va parler d’un sujet un peu spécial qui est souvent tu par les personnes qui en sont victimes par peur des représailles. Aujourd’hui, après des années de silence, j’accepte de témoigner d’une partie de mon histoire pour aider les personnes qui le vivent encore et leur montrer que c’est possible d’inverser la situation. Si toutes les victimes acceptaient d’en parler, le gouvernement et les institutions scolaires se soucieraient peut-être plus de ce problème qui peut conduire à la destruction intérieure d’une personne voire dans certains cas à la mort.



**


« On oublie jamais rien, on vit avec » est une phrase qui résume bien ce que j’ai vécu. Je ne rédige pas cet article pour provoquer du pathos à mon égard mais plutôt pour témoigner d’un problème qui ne devrait plus exister en 2013. Malheureusement, je vois encore des proches et des amies en souffrir et je commence à être sérieusement révoltée car la discrimination est tout de même quelque chose d’interdit et punie par la loi ! Cet article se veut être un témoignage et si je peux faire bouger un peu les choses, même à une toute petite échelle, ce serait déjà bien.


**


On fait tous plus ou moins consciemment de la discrimination même légère. Là où ça devient vraiment grave c’est quand une personne est la cible de plusieurs autres et qu’elle a le droit à son lot quotidien d’humiliations & insultes, fait aggravé actuellement par les réseaux sociaux. Je fais partie de ces victimes qui sont longtemps restées dans le silence avant d’avoir un déclic et de dire tout haut ce que beaucoup préfèrent cacher. Mon déclic ? Rencontrer une personne suffisamment mal dans sa peau pour remettre en doute la sincérité de mon histoire et de mes propos. Non ! Je n’ai pas inventé les violences verbales et physiques dont j’ai été la victime et encore moins ma perte de 20kgs ! Ce n’est pas le genre de choses qu’une personne lambda normalement constituée s’amuse à inventer….


**


De mon enfance, je me souviens essentiellement de moments joyeux mais on m’a confié il y a peu que déjà à cette époque des adultes (plus ou moins proches) se moquaient de moi sous prétexte que j’étais un petit peu enrobée et toujours dans les jupes de ma mère. Les problèmes commencent réellement au collège. J’ai commencé à porter des lunettes, j’étais bonne élève, souvent dans les premiers rangs, enrobée, je n’étais pas habillée à la mode, je ne prenais pas soin de moi, …. Bref j’étais jeune et naïve et la cible idéale puisque timide maladive. Les ennuis commencent dès le milieu de l’année de 6è mais ce n’est qu’occasionnel alors je n’y prête pas attention. On se moque de moi parce que je suis moche et intelligente. C’est un comble pour certains visiblement …. La 5è, synonyme de véritable entrée dans l’adolescence, est le début du véritable enfer qui ne cessera pas avant le début du lycée. Les insultes, les trousses et cartouches envoyées dans ma tête depuis l’autre bout de la salle, les menaces, les humiliations seront mon lot quotidien pendant plusieurs années qui paraissent interminables et un jour une personne ira même jusqu’à me balancer violemment son sac de cours dans mon dos avant de me coincer avec sa table entre ma table et ma chaise m’empêchant de respirer. Je m’étais d’abord réfugiée dans le travail, ce qui m’a permis d’intégrer lettres sup’, mais au bout d’un moment le travail ne suffit plus. Je me suis réfugiée dans la nourriture et parfois j’angoissais tellement que je ne voulais pas aller au collège. Le cercle vicieux s’était refermé. Je vous passe une longue partie de mon histoire mais aujourd’hui, j’ai perdu plus de 20 kgs et ce blog est témoin d’une certaine évolution concernant le « prendre soin de soi ».


 **


Toutefois, être en surcharge pondérale n’est pas synonyme de personnes stupides, inintéressantes, sans intérêts et j’en passe. Une personne même grosse a le droit comme tout le monde au respect, elle peut être intelligente, avoir de l’humour et des tas de qualités. Le phénomène des réseaux sociaux a amplifié le problème. Derrière un écran, certains se croient tout permis. Alors quand je lis « va te cacher sall mongol tu me fai peur » suivi de « ou va te pendre ta le choix » et que je vois que personne ne réagit ça me rend dingue. Pour être intervenue, j’ai eu le droit à un « mais tg rentre à ta casse s****e » et à être traitée de gamine par des adolescents qui se croient tout permis. Je ne me suis pas laissée impressionner par ces propos ayant connu pire. Qu’est-ce qu’un « s****e » venant d’une personne incapable de tenir une argumentation et d’écrire correctement français quand on a été menacé de mort pour avoir osé se défendre? Mais tout le monde ne réagit pas de la même façon et certains tombent dans la dépression, la phobie scolaire et d’autres vont jusqu’au suicide …..


**


LES CONSEQUENCES DE LA DISCRIMINATION


Personnellement, j’ai arrêté de compter mais les conséquences sont nombreuses.
  • J’ai tout d’abord perdu confiance en moi. Ancienne timide maladive, je n’ai jamais été à l’aise avec les situations orales ou les situations où l’on se retrouve à être le centre d’intérêt. Après cette période, c’est devenu mon pire cauchemar et dès que quelqu’un parle ou rit je suis certaine que c’est pour se moquer de moi alors que bien souvent la personne parle de tout autre chose.
  • 5 ans après la fin de l’enfer, j’ai toujours des difficultés à affronter un appareil photo, un miroir et une cabine d’essayage. J’apprends à connaître ce nouveau corps étranger pour moi. Il est très difficile de se regarder objectivement et de se trouver des qualités lorsque ce même corps est à l’origine de vos pires souvenirs. J’apprends peu à peu à me regarder de nouveau dans une glace, j’apprends à acheter des vêtements à ma taille puisqu’il y 6 mois encore je me cachais derrière des vêtements trop grands. Bref, je tente d’apprivoiser cette nouvelle image. Alors, quand on me dit « Mais tu changes toujours de photo de profil, qu’est-ce que tu es narcissique !» ça me fait mal. C’est un comble de s’entendre dire qu’on ne pense qu’à son petit nombril quand on essaye de se familiariser avec sa nouvelle image….
  • Je dois essayer d’apprendre également à entendre des compliments. Étant donné qu’à part ceux sur mon intelligence, je n’en entendais pas ou peu, c’est quelque chose de nouveau. Alors oui, le jour où certaines personnes m’ont dit « tu pourrais être mannequin » ou tout simplement « tu es jolie », je ne les ai pas cru et aujourd’hui j’ai encore un peu de mal à croire aux compliments même si j’ai fait des progrès.


**


Il est difficile de comprendre une chose dont on n’a pas été victime et c’est pour cela que je vous livre ici une partie de mon histoire et les conséquences de la discrimination. Ma « reconstruction » est loin d’être finie et j’ai encore beaucoup de choses à réapprendre mais j’accepte de témoigner pour essayer de faire changer quelque chose. Il n’est pas normal de voir encore des jeunes, et même moins jeunes, souffrir en silence sans que personne réagisse ….


**


Alors j’ai simplement une chose à vous dire : « S’il vous plait, si une personne est victime de discrimination devant vous, ne la laissez pas seule ! Prenez sa défense ou écoutez là mais surtout ne la laissez pas seule. Merci. »


**


Je remercie les personnes qui auront lu jusqu’au bout et je remercie celles qui diffuseront le message.
A Bientôt !



Share on Google+0Share on Facebook0Tweet about this on TwitterPin on Pinterest0Email this to someone
  1. Ophélie Nt says:

    Vraiment un très bel article, c’est courageux d’affronter ce qu’on a vécu plutôt que de l’enfouir quelque part où ça continue à te ronger et encore plus de mettre des mots dessus et d’en parler aussi justement car comme tout problème « invisible » il suffit parfois d’en parler pour voir que d’autres ont vécu la même chose et sont capables de comprendre. Bravo :)

    • Merci beaucoup Ophélie pour ton commentaire! :) C’est vrai que je me rencontre que beaucoup de personnes, contrairement à ce que je pensais, ont vécu la même chose. D’un côté, c’est rassurant de se dire « je ne suis pas seule » mais de l’autre c’est aussi inquiétant de voir que les victimes sont aussi nombreuses….

  2. Oui, bel article touchant.
    La création de ton blog où tu te te montres est le signe que tu as déjà fait la paix avec certaines difficultés de ton passé.
    Courage et bonne continuation.
    (Au fait, t’y crois ou t’y crois pas, mais je te trouve hyper jolie, et les lunettes te vont à merveille.)
    Bisous bella!

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>